Congeler ses ovocytes en France : mode d’emploi

Les femmes qui désirent congeler leurs ovocytes pour effectuer plus tard une PMA peuvent le faire dorénavant sans raison médicale. Avec la loi de bioéthique du 2 août 2021, les conditions pour congeler ses ovocytes, en France, ont changé. Des limites d’âge ont été fixées. Quelles sont les conditions ? Comment cela fonctionne ? Quel est le prix ? Guide pratique avec le Dr Laura Keller, Praticien Hospitalier à l’Institut de Biologie de la Reproduction-Spermiologie-CECOS

Congeler ses ovocytes en France

Quelles sont les conditions en France en 2021 ?

Auparavant, une femme ne pouvait pas congeler ses propres ovocytes, sauf avec un avis médical. Mais, depuis la loi de bioéthique du 2 août 2021, l’autoconservation des gamètes en dehors de tout motif médical devient possible pour les femmes et pour les hommes. Seuls les établissements de santé publics et privés à but non lucratif peuvent en principe pratiquer l’activité.  Le recueil, le prélèvement et la conservation sont soumis au consentement écrit de l’intéressé, recueilli par l’équipe clinicobiologique pluridisciplinaire. L’équipe devra les avoir informés sur les conditions, les risques et les limites de la démarche et de ses suites. Le consentement du conjoint du donneur de gamètes n’est plus nécessaire quant aux conservations personnelles, elles n’ont de toute manière pas besoin du conjoint également.

 

Quel est l’âge limite pour congeler ses ovocytes ?

Quand on conserve des ovocytes, c’est en vue de réaliser ultérieurement une assistance médicale à la procréation (AMP). On rentre donc dans le cadre de la loi de l’accès à l’AMP.

Un décret du 28 septembre 2021 a fixé les conditions d’âge limite : le prélèvement d’ovocytes peut être réalisé chez la femme à compter de son 29e anniversaire et jusqu’à son 37e anniversaire pour bénéficier de l’autoconservation de ses gamètes en vue de la réalisation ultérieure d’une assistance médicale à la procréation. “Les chances de grossesse dépendent essentiellement de l’âge auquel les ovocytes ont été recueillis, au mieux avant 35 ans” soulignait l’Académie nationale de Médecine dans un rapport de 2017.

 

Comment congeler ses ovocytes ?

L’ovocyte est le nom qui désigne la cellule sexuelle de la femme. La formation des ovocytes se produit au sein des follicules situés dans les ovaires.  La congélation (par vitrification) des ovocytes est une technique permettant d’offrir des chances de conception supplémentaire. Il s’agit d’une méthode de congélation ultrarapide qui, après incubation dans une solution cryoprotectrice, consiste à plonger les ovocytes directement dans l’azote liquide à – 196°C. (les ovocytes sont déposés dans un système de « paillettes stériles « assurant leur conservation long terme dans des cuves cryogéniques). Congeler ses ovocytes permet à la femme de gagner du temps en suspendant son horloge biologique. La capacité de procréation avec les ovocytes congelés sera (quasiment) la même qu’avec des ovocytes non congelés. Lorsqu’un recueil d’ovocytes par ponction a lieu dans le cadre d’une procédure d’AMP, il peut être envisagé d’effectuer dans le même temps une autoconservation ovocytaire.

  • Le premier rendez-vous avec un gynécologue spécialisé en PMA permet d’étudier la situation de la femme et ses chances de réussite ainsi que les risques exposés par la stimulation ovarienne et le prélèvement ovocytaire. Pour évaluer la richesse ovarienne ou la réserve ovocytaire ovarienne et la faisabilité de l’autoconservation ovocytaire, une prise de sang, une échographie et des tests gynécologiques sont réalisés.
  • Ensuite, la stimulation ovarienne peut démarrer, via des injections sous-cutanées quotidiennes sur environ 9 à 10 jours et qui doivent débuter le deuxième jour des règles, afin de booster la production et la maturation des ovocytes. Pour s’assurer du bon déroulement du traitement, 3 ou 4 prises de sang et échographies peuvent être programmées.
  • Deux jours après la dernière échographie, le moment de la ponction arrive. Sous anesthésie générale ou loco-régionale, le prélèvement de plusieurs ovocytes s’effectue par voie vaginale sous contrôle échographique. Ils seront ensuite congelés et conservés. La patiente rentre chez elle après une journée d’hospitalisation.

Combien de temps peut -on congeler ses ovocytes ?

Selon la loi de bioéthique du 2 août 2021, la personne dont les gamètes ont été conservées, sera consultée chaque année civile afin de savoir si elle souhaite poursuivre la conservation. Elle devra le consentir par écrit. Dans le cas où elle ne souhaite plus poursuivre cette conservation, elle consent aussi par écrit :

  • A ce que ses gamètes fassent l’objet d’un don ;
  • A ce que ses gamètes fassent l’objet d’une recherche ;
  • A ce qu’il soit mis fin à la conservation de ses gamètes.

Dans tous les cas, ce consentement est confirmé à l’issue d’un délai de réflexion de trois mois à compter de la date du premier consentement. L’absence de révocation par écrit du consentement dans ce délai vaut confirmation. Le consentement est révocable jusqu’à l’utilisation des gamètes ou jusqu’à ce qu’il soit mis fin à leur conservation. Sans réponse durant 10 années civiles consécutives de la personne dont les gamètes sont conservés et en l’absence du consentement, la conservation se termine. Idem en cas de décès de la personne. En cas de décès, destruction des ovocytes prévu par défaut sauf si un accord de don pour autrui ou don recherche a été signé avant.

Selon la loi de bioéthique, l’âge limite de réutilisation de ces ovocytes cryoconservés est de 45 ans (veille des 45 ans date limite)

 

Quelle est l’efficacité de cette méthode ? 

Réutilisation par technique de fécondation in vitro type ICSI (Injection Intracytoplasmique de spermatozoïde) obligatoirement lors du souhait de grossesse.

L’assistance médicale à la procréation comme l’autoconservation des ovocytes n’est pas une garantie de réussite de grossesse. Il ne faut pas prendre en compte cette possibilité pour retarder un projet de grossesse. Il est important de préciser que cette technique n’assure pas d’avoir un bébé à 100 %.

 

Quels sont les risques pour la santé ?

Il existe des risques et complications potentiels liés à une stimulation et une ponction ovocytaire et l’équipe clinique informera la patiente de ces effets indésirables.

Par ailleurs, il ne faut pas que la congélation ovocytaire encourage les femmes à démarrer une grossesse tardivement avec tous les risques maternels et fœtaux des grossesses tardives. Parmi les risques d’une grossesse à un âge avancé, il y’a le diabète gestationnel, une hypertension de grossesse qui peut conduire à une pré-éclampsie ou une éclampsie, une thrombose ou d’autres pathologies cardiovasculaires…

Ce n’est pas non plus sans conséquence pour l’enfant à venir qui a des risques de présenter une hypotrophie ou un retard de croissance.

Enfin, les risques de fausse couche sont beaucoup plus fréquents après 40 ans. Cette augmentation des risques est progressive et est plus importante chez les femmes primipares.

 

Quel prix pour congeler ses ovocytes ?

Il faut compter entre 2 000 et 3 000 euros pour la stimulation ovarienne, les dosages hormonaux, les échographies, le prélèvement des ovocytes, l’anesthésie et l’hospitalisation puis la congélation des ovocytes prélevés.

Certains frais peuvent s’ajouter (analyses, examens et techniques supplémentaires…), en fonction du dossier et des besoins de la patiente.

 

Est-ce remboursé de congeler ses ovocytes ?

Les actes liés au recueil ou au prélèvement des gamètes sont remboursés mais pas le coût de la conservation (de l’ordre de 40 à 100 euros). Pour éviter toute pression sur les femmes salariées, pour les conduire à différer un projet de maternité, les parlementaires ont prévu l’interdiction pour les employeurs de proposer la prise en charge des frais d’autoconservation de gamètes.

Questions supplémentaires au Dr Keller Laura, Praticien Hospitalier à l’Institut de Biologie de la Reproduction-Spermiologie-CECOS

Pourquoi ce type de procédure peut-elle s’avérer utile ?  

Pour offrir des chances supplémentaires de conception en cas de problèmes de fertilité naturelle soit des problèmes de fertilité inexpliqués soit par des problèmes de santé pouvant altérer les ovaires précaution/prévoyance. En aparté, nous savons que si beaucoup de patientes vont congeler au final, très peu auront réellement besoin de réutiliser.


Comment sont conservés les ovocytes ?
  

Conservation dans des paillettes stériles comme précisé dans votre article et banking en cuve cryogénique surveillées 24h/24 7j/7 dans des conditions de température de -196°

 

Actuellement, pour vous à Lille, comment cela se passe-t-il ?  

Pas encore de patiente prise en charge. Programmation de RDV pour 2022 sur liste d’attente. Pas encore eu le décret d’autorisation de lancement de ce type de congélation mais devrait arriver sous peu.

 

Sources :

La conservation des ovocytes version 15 juin 2017 (fiv.fr)

Amendement – En commission | Sénat (senat.fr)

LOI n° 2021-1017 du 2 août 2021 relative à la bioéthique (1) – Légifrance (legifrance.gouv.fr)

Pour allez plus loin

-> La chaîne MyFertyBook

La chaine vidéo et podcast de la rédaction de MyFertyBook.
> Vidéos
> Podcasts

-> LES ACTUS

Les dernières actualités de la préconception et de la
fertilité
> MyFertyNews

-> LES TÉMOIGNAGES

Partagez votre expérience avec la communauté
MyFertyBook
> Je témoigne