Endométriose : zoom sur un mal encore peu connu et sur la situation dans les Caraïbes.

L’endométriose est une maladie qui a des répercussions directes sur la féminité et l’intimité. S’il n’est pas facile de comprendre d’où viennent ses douleurs, il est tout aussi difficile d’en parler naturellement.

Parmi les nombreux tabous dans notre société, l’endométriose en touche encore un, celui de la sexualité. Avec Sandie Boulanger, relaxologue et sexothérapeute, nous allons comprendre d’où viennent les douleurs et les situer, apprendre à communiquer avec son/sa partenaire et trouver des solutions alternatives.

Zoom sur l'Endométriose

Qu’est-ce que la dyspareunie ?

Dans le cadre d’une endométriose, on évoque souvent la dyspareunie. C’est donc le terme médical qui désigne les douleurs survenant lors des rapports sexuels. Selon l’endroit où les douleurs sont ressenties et en fonction de leur point d’origine, plusieurs types de dyspareunie existent. La dyspareunie superficielle se définit par des douleurs qui apparaissent au début de la pénétration. Les douleurs se situent au niveau de la vulve, du clitoris, du vestibule, du vagin.

La dyspareunie profonde se caractérise quant à elle par des douleurs ressenties dans le fond du vagin et qui peuvent aller jusque dans le bas-ventre. Lors d’un rapport sexuel, le vagin peut se dilater et dès lors le pénis peut « frapper » les zones atteintes par l’endométriose. De plus, étant donné que les organes ont plus de mal à bouger naturellement, les adhérences diminuent la mobilité des tissus, ce qui provoque également des douleurs.

Dans la dyspareunie primaire de l’endométriose, les douleurs ont toujours été présentes. Elle est difficile à diagnostiquer, car elle peut être ressentie comme étant « normale » par la femme. Quant à la dyspareunie secondaire, elle apparait après avoir connu des rapports sexuels non douloureux.

 

Les douleurs liées à l’endométriose

Les douleurs peuvent être ressenties pendant l’acte sexuel et après l’orgasme, on parle alors de douleurs post-orgasmiques. Les douleurs peuvent être systématiques ou non. Les douleurs pendant l’acte ressemblent à des cognements contre le vagin, de coups de poignards, de contact sur un bleu, etc. Dans celles perçues après l’orgasme, on note des crampes pouvant durer jusqu’à plusieurs heures sont identifiées. En effet, les muscles du périnée connaissent une succession de spasmes musculaires rapides. Suite à l’orgasme, ces contractions involontaires peuvent tirer sur les adhésions et autres lésions, entraînant des douleurs.

Les douleurs peuvent en plus être différentes selon le moment du cycle menstruel, le taux d’inflammation dans le corps. Certaines positions sexuelles seront plus douloureuses que d’autres, selon l’ampleur des lésions dues à l’endométriose et leurs localisations. Il est aussi possible que toutes les positions soient complexes et douloureuses, si l’endométriose est fortement répandue.


La communication avec son partenaire

Entre les douleurs, les moments difficiles, les traitements hormonaux et le manque de considération fréquent du monde médical, il est essentiel de trouver ensemble des solutions pour que chacun se sente mieux et ressente du plaisir. De plus, ce symptôme non avoué et pourtant très fréquent dans l’endométriose, participe sans doute au retard de diagnostic de cette pathologie. La femme a besoin d’être bien psychologiquement car certaines femmes ayant souffert de dyspareunie ont encore des appréhensions lorsqu’elles ont des rapports sexuels. Ainsi, une bonne communication est essentielle au sein du couple. Dès lors, travailler le désir pour ne pas perdre la flamme est important. Confiance, création d’une intimité et écoute sont essentiels.


La pénétration n’est pas la seule solution

La sexualité est libre et se renouvelle avec chaque couple. Lorsque les lésions sont trop douloureuses, laissez-vous tenter par le tantrisme, des massages, des caresses… Cela vous permettra de vous redécouvrir, de faire renaître le désir et ainsi éprouver du plaisir, sans souffrir. Par ailleurs, de nombreuses positions du Kamasutra favorisent une entrée différente du pénis qui ne va pas « frapper » directement sur les lésions. À chacun de trouver ce qui lui convient et tenter ses expériences, le tout est de trouver du plaisir ensemble.

Pour allez plus loin

-> La chaîne MyFertyBook

La chaine vidéo et podcast de la rédaction de MyFertyBook.
> Vidéos
> Podcasts

-> LES ACTUS

Les dernières actualités de la préconception et de la
fertilité
> MyFertyNews

-> LES TÉMOIGNAGES

Partagez votre expérience avec la communauté
MyFertyBook
> Je témoigne