Cancer du col : l’intérêt de l’immunothérapie est démontré

Vous êtes ici :

Angéline Galinier-Warrain
Rédactrice

Chaque année, environ 3 000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués en France et 1 100 femmes en meurent chaque année. Une nouvelle étude, dirigée par des chercheurs de l’Institut européen d’oncologie de Milan, en Italie révèle que l’intégration de l’immunothérapie dans le traitement de première ligne peut aider à prolonger la survie des patientes.

Une diminution de 33 % du risque de décès

Une étude internationale a été publiée dans The New England Journal of Medicine, et a étudié la survie d’une cohorte de 617 patientes présentant un cancer du col persistant, récurrent ou métastatique ne pouvant bénéficier d’un traitement curatif. Les résultats ont montré que l’ajout de l’immunothérapie a réduit de 33 % le risque de décès et de 35 % la probabilité de progression de la maladie ou de décès. Les effets secondaires les plus fréquents étaient l’anémie et une faible concentration de globules blancs.

 

L’approche thérapeutique pourra évoluer

Cette combinaison pourrait devenir la nouvelle norme de soins pour les femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus persistant, récurrent ou métastatique au vu des résultats solides de l’étude. (Dr Antonio González Martín, directeur du centre anticancéreux de la Clínica Universidad de Navarra à Madrid (Espagne).)

En savoir plus