Désir d’enfant, quand les hommes s’interrogent

Accueillir un enfant modifie la vie quotidienne du couple et mobilise beaucoup d’énergie, de temps d’émotions et bien sûr d’argent. Ce projet d’une vie, cette décision d’une vie ne peut pas été prise sans une réflexion profonde qui peut parfois être bouleversante.

Les femmes ne sont évidemment pas les seules à s’interroger quant à leur désir d’enfant et ce qu’il implique. La paternité comme la grossesse soulève des problématiques qui peuvent faire douter les hommes. Paola Scemama-Ittah, neuropsychologue et coach neuro-émotionnel fait le point sur les questions qui touchent profondément les futurs pères.

GROSSESSE, ACCOUCHEMENT, ALLAITEMENT… QUAND LE CORPS DE LA FEMME SE TRANSFORME

Le futur père se projette et s’interroge sur sa capacité à être prêt à voir le corps de sa femme se transformer. « Une forme de peur peut envahir les hommes devant l’inconnu de la grossesse. Ils s’inquiètent du futur nouveau physique de leur conjointe », explique Paola Scemama-Ittah, neuropsychologue et coach neuro-émotionnel. « Ou par manque de connaissance sur la prise de poids et la grossesse, ou parce qu’ils imaginent leur femme profiter de la maternité pour se laisser aller ».

Pendant cette période, l’homme doit s’investir. Il peut soutenir sa femme, mettre en place un programme commun d’activité physique et un régime alimentaire adapté », rappelle la psychologue.

 

Le corps de sa femme se transforme et l’homme s’interroge sur l’effet que cela va produire sur sa libido. Sera-t-il capable de désirer sa conjointe devenue mère ? Que va devenir la sexualité du couple ? Sa conjointe aura-t-elle toujours du désir pour lui pendant la grossesse ? Quand elle sera mère, les moments câlins seront-ils encore de mise ? « La grossesse et la maternité de doivent pas devenir des alibis », rappelle Paola Scemama-Ittah, neuropsychologue et coach neuro-émotionnel. « Le couple doit réinventer sa sexualité, se créer une nouvelle intimité. La maternité ne doit pas éloigner l’homme de sa moitié. Il ne faut pas que le futur père ait peur de sexualiser sa femme même si elle devient mère », explique la psychologue.

« Pour que le couple garde son intimité et survive au passage de la grossesse, il peut être nécessaire de consulter un sexologue ou thérapeute de couple », conclue Paoa Scemama-Ittah.

 

QUAND L’ENFANT NAIT…. LA PLACE DE L’HOMME AU SEIN DU COUPLE

L’homme a souvent peur que la maternité lui enlève sa place d’honneur et le regard exclusif de sa femme. Il s’inquiète de devoir quitter le nid douillet d’un couple à deux et l’attention particulière de sa conjointe. Quelle place l’enfant va-t-il prendre ? Ne vais-je pas être relégué au second plan ? Vais-je trouver ma place dans ce nouvel équilibre ? Vais-je trouver mon rôle de père ? A quoi vais-je devoir renoncer ? Ma femme ne va-t-elle pas plus aimer notre enfant que moi ?

« L’homme est assez conscient qu’il vit à une place privilégiée et que sa conjointe va devoir partager son attention et affection. Certains d’entre eux plus dépendants du regard de leur femme peuvent s’inquiéter de perdre ce rapport qu’ils affectionnent », explique Paola Scemama-Ittah, neuropsychologue et coach neuro-émotionnel.

Dès la grossesse, les hommes doivent exprimer leur volonté de participer, d’être présents et doivent interagir pour découvrir la place qui leur convient. La cellule familiale se réinvente autour de l’enfant, mais aussi autour du couple qui ne doit pas être sacrifié.

 

L’ENFANT EST LÀ…COMMENT ORGANISER LA VIE PRATIQUE ?

Contrairement à la femme, l’homme soulève des interrogations plus pratiques, en lien avec son quotidien. Vais-je gagner assez d’argent, va-t-on devoir déménager ? Vais-je pouvoir offrir ce que je veux à mon enfant ? Pour répondre à toutes ces questions matérielles, le futur père va devoir repenser ses priorités et considérer la venue d’un enfant comme l’heureux événement qui lui apportera de nouvelles satisfactions.

Vais-je pouvoir garder mes privilèges, vais-je être capable d’organiser ma vie avec l’arrivée de l’enfant ? Vais-je pouvoir toujours avoir une vie sociale ?

« Malgré la naissance de l’enfant, le père reste un animal social. Il va continuer d’avoir envie de sorties. Souvent, la jeune mère appréhende de laisser son enfant seul. Mais, l’homme va se sentir plus libre et moins stressé par faire garder son petit. Il est essentiel de trouver des solutions pour que cette situation ne créer pas de rupture dans le couple », explique la psychologue.

 

L’ENFANT EST LÀ…QUEL SERA MON RÔLE DE PÈRE ?

Quel sera mon rôle de père ? Quelle éducation vais-je transmettre à mon enfant ? Serais-je un père meilleur que mes parents ? Quel avenir pour mon enfant. « Il y a un vrai travail sur soi à faire pour comprendre ce qu’ on a aimé de nos parents, ce que l’on veut communiquer à nos enfants et surtout éviter l’écueil le plus commun, projeter sa vie sur celle de la progéniture », explique la psychologue.

« L’enfant n’est en effet pas là pour rattraper vos erreurs ou combler vos doutes quant à votre réussite », rappelle Paola Scemama-Ittah.

Pour la future mère et pour le futur père, « le bébé imaginaire est un étonnant voyageur de la psyché, grand bourlingueur de nos lointains intérieurs”, analyse le pédopsychiatre Patrick Ben Soussan. « Il vient de notre préhistoire, du fin fond de nos inconscients, et porte témoignage, à notre insu, de nos désirs les plus secrets ».

Pour allez plus loin

-> La chaîne MyFertyBook

La chaine vidéo et podcast de la rédaction de MyFertyBook.
> Vidéos
> Podcasts

-> LES ACTUS

Les dernières actualités de la préconception et de la
fertilité
> MyFertyNews

-> LES TÉMOIGNAGES

Partagez votre expérience avec la communauté
MyFertyBook
> Je témoigne